Fashion stories

« Le vêtement est la frontière de l’intime et du monde social. Il parle de l’image de soi, du rapport à l’autre, de désirs plus ou moins conscients, d’une histoire personnelle. Il exprime les émotions et porte la trace de nos sentiments. Ici, il se fait porteur du parcours de vie dans la maladie psychique » (Martine Moissette, collectif Les Couturières). 

Martine Moissette, membre du collectif Les couturières,, présente le projet de défilé de mode "Fashion stories".

Ce projet de défilé de mode initié par le collectif Les couturières a débuté en 2019. Il a réuni une quarantaine de personnes désireuses de faire évoluer les représentations de la santé mentale.

L'événement devait se tenir en mars 2020, dans le cadre des Semaines d’information sur la santé mentale. L’épidémie de Covid-19 et les restrictions nationales qui ont suivi n’ont pas entamé l’enthousiasme des personnes impliquées qui ont pu, après plus d’un an d’attente, présenter leur spectacle en public.

Les Frigos à Metz, tiers lieu festif et convivial, a accueilli l’événement en un bel après-midi le dimanche 26 septembre 2021. Ce jour-là, les spectateurs ont découvert que la mode pouvait être un moyen original de parler de santé mentale.
L’idée du défilé était de traduire par des vêtements expressifs et une mise en scène en trois tableaux, l’expérience de vie avec un trouble psychique. Par sa tenue, chaque modèle a ainsi laissé entrevoir un aspect de ce vécu singulier depuis la survenue de la maladie jusqu’au rétablissement.

Les costumes présentés sont le fruit du savoir-faire du collectif Les Couturières et des dizaines d’heures qu’elles ont passées à les concevoir. Mais ce projet à plusieurs mains a également impliqué les modèles dans le cadre d’ateliers créatifs. Ces rencontres étaient autant d’occasions de faire connaissance, de participer à une activité valorisante et d’expérimenter de nouvelles compétences.


Mais ne l’oublions, aujourd’hui encore, vivre avec un trouble psychique reste une épreuve qui expose fortement à la stigmatisation. C’est pourquoi le défilé de mode était aussi un moment fort pour dire non aux stéréotypes et préjugés dont sont victimes les personnes malades et/ou handicapées psychiques.

La santé mentale est l’affaire de tous. C’est ensemble que nous pourrons reconnaître en chacun.e un.e citoyen.ne à part entière.